Emailler :V. Parsemer quelque chose de détails qui en rompent la monotonie (larousse)

La technique de la plique à jour

La technique de la plique à jour

Le concept :

La technique de la plique-à-jour (que l’on appelle aussi la technique du vitrail ou du cloisonné à jour) en émail sur métal consiste à déposer de l’émail dans des alvéoles SANS FOND (au contraire du champlevé ou du cloisonné). Après cuisson, l’émail ne se fixe qu’aux cloisons métalliques et n’a pas de fond, ce qui permet à la lumière de le traverser (les émaux utilisés pour cette technique sont donc tous transparents ou opales, il n’y aurait pas d’intérêt à utiliser des opaques sauf si on souhaite faire des rendus de lumière/obscur). L’effet rendu est celui des vitraux des églises. Les métaux utilisés sont en majorité l’or et l’argent. Le cuivre calaminant, c’est un métal particulièrement difficile à émailler en plique-à-jour.

Le terme plique-à-jour viendrait de « appliquer à jour », appliquer l’émail en fine membrane pour que la lumière puisse le traverser.

La technique (voir les techniques parce que c’est quand même varié)

Il existe plusieurs techniques pour préparer le métal avant d’émailler en plique-à-jour (mais vous pouvez bien sûr en inventer une nouvelle) :

La plique-à-jour percée
Source : http://www.joyeriagrancanaria.com/2013/07/esmalte-fenestrado-o-plique-jour.html

Boucles d’oreilles réalisées par Carlos Ostúa

La méthode consiste à découper des alvéoles dans une plaque de métal (argent, or ou cuivre) d’au moins 1mm d’épaisseur. Ces alvéoles sont réalisées en dessinant le motif sur la plaque, puis en perçant ensuite de petit trou au micro-moteur et enfin, en découpant chaque alvéole à la scie bocfil selon les tracés prédéfinis. C’est la technique que j’ai utilisé pour ma pique à cheveux en plique-à-jour. La plaque de métal peut ensuite être martelée pour être mise en volume ou laissé plane. Remplir ensuite les alvéoles d’émail transparent humide à l’aide d’une spatule ou d’un pinceau soit à l’air libre, soit sur du mica. Plusieurs cuissons et remplissages sont nécessaires pour que l’émail arrive au niveau du métal.

Le filigrane ou cloisonné
Plique-à-jour en filigrane par Valeri Timofeev

Vase en plique-à-jour en filigrane par Valeri Timofeev (source : Livre de Linda Darty)

La technique consiste à assembler des fils sur une âme de fer à l’aide de colle. Une poudre de soudure (mélange d’argent et de cuivre) est ensuite déposée sur l’ensemble de la pièce puis la pièce est chauffée pour souder l’ensemble. Quand tout est bien fixé, la pièce est chauffée puis nettoyée à l’acide pour enlever toute trace de cuivre à surface plusieurs fois afin d’obtenir un métal très blanc. La pièce est ensuite émaillée à l’aide de la technique dite à l’air libre ou par capillarité.

La technique Shotai’jippo
Bol japonais en plique-à-jour (Source : RubyLane)

Bol japonais en plique-à-jour (Source : RubyLane)

La technique ressemble beaucoup à la technique du cloisonné. Sur une surface de cuivre (plate ou en volume), on applique d’abord trois couches d’émail transparent (c’est Linda Darty qui le dit dans son livre mais je n’ai jamais testée cette technique. Si vous voulez en savoir plus sur ce bouquin, c’est par ici…). Aucun contre émail n’est appliqué mais ce côté est protégé par de l’argile ball clay. Le motif est appliqué ensuite sur l’émail transparent avec la technique du cloisonné. Les fils doivent se toucher sur les bords de la pièce pour éviter à la pièce de craquer. Appliquer l’émail dans les alvéoles comme pour le cloisonné jusqu’à ce que l’émail arrive au niveau des fils. Mettre ensuite l’émail et les fils à niveau à l’aide de limes, papier émeri, pierres. Appliquez une couche de vernis résistant à l’acide sur le cloisonné et déposez la pièce dans l’acide (le nitrique est pas mal). Cela va dissoudre le métal et laisser apparaître la plique-à-jour.

Une variante de cette technique pour les pièces plates se réalise sur un paillon d’argent (ou d’or si vous ne savez plus quoi faire de votre argent). Cela permet d’avoir une couche de métal plus fine et plus facile à dissoudre à l’acide.

La dépose à l’air libre (ou dépose par capillarité)
Pièce de Masriera émaillée à l'air libre (sans support)

Pièce de Masriera émaillée à l’air libre (sans support)

Cette technique fonctionne pour les petites pièces en volume composée de petites alvéoles faite en filigrane ou en plique-à-jour percée. Linda Darty conseille de déposer du mesh-80. C’est la granulométrie standard chez les principaux vendeurs d’émaux. Plus la valeur du mesh est grande, plus l’émail est fin. Nuria Ribalta conseille quand à elle un mesh plus fin car ça allège la dépose et évite les chutes. L’émail est lavé puis mélangé à de l’eau (avec parfois ajout d’un agent de maintien type colle ou ce genre de produit bien que beaucoup sont contre car ça tâche l’émail). La dépose s’effectue ensuite en pinceau. Si les alvéoles sont petites, les tensions de surface permettent à l’émail de tenir en place.

La dépose sur mica
alvéole d'argent en cours d'émaillage au pinceau

Si votre pièce est plate, l’idéal est d’émailler directement sur du mica. Le mica adsorbe l’eau donc je le mouille un peu avant la dépose pour qu’il ne me sèche pas instantanément l’émail. La dépose se fait au pinceau ou à la spatule comme un cloisonné classique. Le problème du mica est qu’il accroche un peu à l’émail. Il est donc nécessaire d’enlever toute trace de mica avec du papier émeri ce qui raye un peu l’émail sur une face. Il est possible de faire une fois la pièce finie, une dernière cuisson à l’air libre pour faire rebriller l’émail mais en courant le risque que les alvéoles se ré-ouvrent. J’ai fait un article spécial mica ici.

Un peu d’histoire

Si les débuts de l’émail sur métal remontent sans doute dans l’antiquité celtique, entre le 2ième siècle avant J.C et l’an 0, le plique-à-jour en revanche apparaît plus tardivement vers le 4/5ième siècle après J.C. au cœur de l’Empire Byzantin. Les artisans utilisent la technique du plique-à-jour percé et la technique du filigrane. L’Europe découvrira cette technique bien plus tard, vers le 13ième siècle. En 1568, Benvenuto Cellini sera le premier à donner une description complète du procédé dans son Traité de l’orfèvrerie et de la sculpture. Il est très rare de retrouver des pièces anciennes en raison de leur extrême fragilité.

La technique est réapparue au 20ième siècle notamment dans le courant Art Nouveau qui a beaucoup utilisé cette technique pour les bijoux. Lalique fut l’un des artistes ayant utilisé de façon prépondérante cette matière, mais aussi les entreprises comme Fabergé, David Andersen, …

Actuellement, l’émail en plique-à-jour n’est toujours pas très utilisé car il est complexe techniquement et surtout à cause de la rupture de transmission de la technique entre les générations d’orfèvres. Certains orfèvres comme Cartier, Hermès, … font appel aux derniers possesseurs de ce savoir pour réaliser de rares pièces.

On parlera un jour de cette histoire de transmission, ou plutôt de non-transmission, très courante dans le monde des émailleurs qui ne veulent pas (je cite) « couper la branche sur laquelle ils sont assis ». Je vais pas m’énerver maintenant, un jour pareil, ensoleillé et tout. Mais ce n’est que partie remise parce qu’il me semble que c’est un thème très important, fondamental.

Artistes/artisans qui utilisent cette technique :

Liste non exhaustive d’artistes ayant travaillé la plique-à-jour :

Bol Faberge en émail plique à jour, argent doré signée par le maître artisan Fedor Afanassiev, St. Petersbourg, autour de 1900

Bol Faberge en émail plique à jour, argent doré signée par le maître artisan Fedor Afanassiev, St. Petersbourg, autour de 1900

Faberge (1846-1920), joaillier

Connu pour ses œufs, Fabergé, joailler russe, employait des émailleurs qui ont réalisés pour lui de très belles pièces en plique à jour comme ce bol à poignée. Certains émailleurs étaient Pavel Ovchinikov, Ivan Khlebnikov, Feodor Alexeievich, …

Bol Faberge en émail plique à jour, argent doré signée par le maître artisan Fedor Afanassiev, St. Petersbourg, autour de 1900

La photo provient d’un site de vente aux enchères : https://www.aspireauctions.com/#!/catalog/213/737/lot/29445

 

Bol aux libellules, design par Gustav Gaudernack pour l’entreprise David-Andersen, 1908.

 

 

Gustav Gaudernack (1865-1914)

Gaudernack a étudié l’art du verre et de l’émail à Vienne. En 1891, il part à Oslo où il devient designer pour Christiania Glasmagasin. Entre 1892 et 1910, il devient le designer principal. Il ouvre son propre atelier d’émail en 1910.

La nature est sa plus grande source d’inspiration. Il était très productif et un grand nombre de pièces et de dessins sont toujours existants. Il s’est aussi intéressé aux aspects techniques de la production d’émail et a développé de nouvelles manières de produire des pliques-à-jour permettant de produire de plus grande pièce. Il reçu en 1904 un prix pour son travail.

Pour en savoir plus sur Gustav Gaudernack : http://www.jugendstilsenteret.no/art-nouveau/the-archives/gaudernack-c9940l417. Vous pouvez chercher sur Pinterest aussi, y’a pas mal de trucs.

Bol en plique-à-jour de Valeri Timofeev, 3" x 5 3/4"

Bol en plique-à-jour de Valeri Timofeev, 3″ x 5 3/4″

 

Valeri Timofeev (1941-201)

Valeri Timofeev est un maître dans l’art de la plique-à-jour en filigrane. Ingénieur de formation, il s’est intéressé aux pièces anciennes pour retrouver les techniques disparues. Son site est accessible ici.

La photo du bol provient de son site.

Boucles d’oreille avec verre, or, émail en plique-à-jour, design par René Lalique, 1900.

Boucles d’oreille avec verre, or, émail en plique-à-jour, design par René Lalique, 1900.

 

 

 

 

René Lalique (1860-1945)

Ayant commencé son apprentissage chez un joaillier dès l’âge de 16 ans, Renée Lalique est l’un des plus célèbres bijoutiers du 20ième et du mouvement Art Nouveau. En 1882, il devient dessinateur pour plusieurs maisons de joaillerie célèbres de Paris (Georges Fouquet, Aucoq, Hamelin, Boucheron, Henri Vever…). En 1885, il lance sa propre joaillerie. Il est célèbre pour ses broches art nouveau tout en nature et en arabesques. Il utilisa beaucoup la plique-à-jour dans ses créations. La marque Lalique existe toujours de nos jours.

Pour en savoir plus sur René Lalique, y’a wikipédia et le site web actuel de la marque Lalique. Vous pouvez chercher sur Pinterest aussi, y’a pas mal de trucs.

Source de l’image : pinterest

Rotonde de Cartier 42 mm décor ours, tirée à 40 exemplaires, Or fris, Email Plique-à-jour Paillonné, 2011

Rotonde de Cartier 42 mm décor ours, tirée à 40 exemplaires, Or fris, Email Plique-à-jour Paillonné, 2011

 

Inès Hamaguchi

Inès Hamaguchi est une bijoutière suisse actuelle reconvertie dans l’émail et en particulier l’émail en plique-à-jour. Elle travaille actuellement pour des grands orfèvres comme Cartier ou Hermès. C’est l’une des (LA ?) dernière émailleuse en Europe à travailler la plique-à-jour pour de grands groupes de joaillerie.
L’image provient du site de My-Watch.

 

 

fay-rooke

 

 

 

 

 

 Fay Rooke

Fay Rooke est né en Ontario, Canada dans les années 50. Après des études au Collège of Art de Toronto, elle commence à s’intéresser au travail de l’émail en 1968. Elle s’est spécialisé en champlevé, cloisonné et plique-à-jour. La photo provient du site Fire&Fusion.


4 Réponses

  1. Dominique dit :

    Sans vouloir faire de pub, je signale le fait qu’il existe encore à Paris une maison plus que centenaire spécialisée dans les bijoux en plique-à-jour «à l’ancienne» : Comelin

    Et je recommande aussi, pour le plaisir des yeux, le formidable travail d’émail des bijoux Art Nouveau de Philippe Wolfers, dont certains sont actuellement exposés à Bruxelles jusque fin décembre. A voir absolument.

  2. Claude Vergé dit :

    Bonjour .
    Magnifique . J’ai pris grand plaisir à lire cet article . Depuis bientôt cinquante ans je pratique l’émail en parfait autodidacte ! . Et j’ai découvert l’émail à jour à la sueur de mon front musclé . Si je vous avais lu plus tôt , quel temps gagné . Mais il est vrai que le plaisir de la recherche est sans égal . Ceci dit , à voir les oeuvres de ces maîtres avant de se lancer , on risque de se décourager .
    Au fait , j’ai tout de même trouvé un truc original : l’émail à jour dans un cerclage de fil d’un millimètre . Alvéoles de l’ordre de 6cm sur 4 environ . Je ne mentionne pas la fragilité !!
    Cordialement . CV

Répondre

* champs requis


Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
RSS
Facebook
Instagram
Etsy
LinkedIn