J’émaille, tu émailles, il émaille, nous émaillons, vous émaillez, ils émaillent ...

L’émail dit « à froid »

L’émail dit « à froid »

Petit coup de gueule sur l’émail dit « à froid ».
Parce que ça ne me laisse pas froide du tout quand quelqu’un entre dans mon atelier et me dit l’air le plus encyclopédique-mon-cul du monde : « Ah, c’est de l’émail à froid ? »

Ce à quoi, instinctivement, je voudrais répondre :

claque4

Mais plus j’avance dans la vie (plus je vieillis quoi), plus j’apprends que l’ignorance est un fléau qui se combat mieux avec un enseignement qu’avec un bon coup de rame.

Combattons donc l’ignorance par une petite explication.

« Email à froid » contient en lui même une contradiction dans les termes. En effet, la définition du mot est la suivante « Matière incolore, transparente ou opaque, obtenue par la vitrification de divers minéraux, (…) » La loi française en rajoute une couche en donnant la définition suivante des émaux : « … produits vitrifiables résultant de la fusion, vitrification ou frittage d’une substance constituée de matières minérales. Ces produits sont destinés à former en une ou plusieurs couches un revêtement vitrifié, fondu à une température d’au moins 500 degrés Celsius. » (Article 1 du décret 82-223 du 25/02/1982).

Ensuite rhétorique imparable :

[Moi] 500°C ? C’est froid tu penses ?

[Lui] Non.

[Moi] Merci. Donc, je ne veux plus entendre les mots « émail à froid » dans ta bouche, mon cœur. Autrement, je te la couds.

Le terme doit donc être banni totalement du vocabulaire car 1) il ne veut rien dire, 2) il décrédibilise la profession des émailleurs. Je m’entends parfois dire, pour être certaine que les gens comprennent mon travail, que je fais de l’émail sur métal à chaud. C’est chouette de parler avec des figures de styles, je vous l’accorde. Un petit pléonasme ne fait jamais de mal sauf quand il est le syndrome d’une confusion, voire de contrefaçons qui ne doivent ni être possibles, ni être entretenues.

Le même décret ajoute en effet que « Il est interdit de fabriquer, d’exposer, de détenir en vue de la vente, de mettre en vente, de vendre ou de distribuer à titre gratuit sous les dénominations Email ou Emaux, avec ou sans qualificatif, et de désigner, par une dénomination contenant ces mots, des dérivés ou imitations de ces mots, des produits qui ne répondent pas à la définition mentionnée à l’article 1er. » (Article 2 du décret 82-223 du 25/02/1982).

Donc l’émail à froid est un fléau et un fléau, qui plus est, interdit par la loi.

Ce que l’on nomme « émaux à froid » mais qui ne sont en rien des émaux sont :

  • des peintures décoratives destinées à la cuisson au four alimentaire (150 ou 160°C)
  • des résines colorées pour la bijouterie

Vous faites des bijoux avec des résines ? Je n’ai aucun problème avec cela. Il y a même des bijoux très jolis et très bien faits en résine. Mais ne dites pas que vous faites de l’émail. Assumez le fait que vous travaillez des résines ou des peintures. Ou si vous rêvez secrètement de faire de l’émail (ce que je peux comprendre), lancez-vous ! Achetez un four et faites enfin de véritables émaux !

Le verre et les émaux sont des procédés millénaires qui méritent un peu de respect foutredieu…

Note : Le gif du début est extrait du dessin animé Hercule de Disney.


Une réponse

  1. Poutot dit :

    Je suis entièrement d’accord. Il faut arrêter de dire n’importe quoi. Surtout il faut respecter un art très ancien qui est l’email.

Répondre

* champs requis


Facebook

Get the Facebook Likebox Slider Pro for WordPress